Sècheresse oculaire: Généralités, diagnostic et traitements

Généralités :

Le syndrome sec est une pathologie fréquente, complexe et multifactorielle.

La prévalence du syndrome sec dans la population générale varie de 15 à 30% selon les études.

La sécheresse oculaire est définie comme « une atteinte multifactorielle des larmes et de la surface oculaire à l’origine de symptômes d’inconfort, de perturbation visuelle, d’instabilité lacrymale avec de potentielles atteintes de la surface oculaire ».

  • Les symptômes :

Les symptômes de la sécheresse oculaire sont variés. Ils se caractérisent par :
–    Des picotements.
–    Des clignements fréquents.
–    Une sensation d’inconfort, d’irritation et des rougeurs oculaires.
–    L’impression d’un grain de sable dans l’œil.
–    Une sensibilité à la lumière.
–    Un larmoiement réflexe (au vent ou aux changements de température) ou la difficulté de porter des lentilles de contact sont  également très évocateurs.
–    Une vision trouble à la fixation
–    Une difficulté à porter des lentilles.
–    Une gêne à l’ouverture des yeux le matin au réveil.

  • Cause :

Pour identifier la cause du syndrome de l’œil sec, l’ophtalmologiste doit déterminer à quel niveau le film lacrymal est atteint. Celui-ci se compose de trois couches :

  • une couche lipidique (couche la plus externe du film lacrymal), sécrétée par les glandes de Meibomius, lubrifie et prévient l’évaporation du film lacrymal.
  • une couche aqueuse, sécrétée par les glandes lacrymales, qui nourrit et protège la cornée.
  • une couche mucinique, sécrétée par les glandes mucoïdes, qui permet l’arrimage du film lacrymal à la cornée.

Chacune de ces couches peut être impliquée dans le syndrome de l’œil sec, et l’on distinguera alors :

  • la sécheresse « aqueuse » liée à une insuffisance de larmes soit 14.5% des cas.
  • la sécheresse « évaporative » pure liée à un dysfonctionnement des glandes de Meibomius soit 50% des cas.
  • la sécheresse « mixte » soit 36 % des cas.

86% des cas souffrant de sécheresse oculaire ont un dysfonctionnement des glandes de meibomius soit la principale cause de sécheresse oculaire dans le monde.

Cette forme résulte d’une insuffisance d’huile à la surface de vos larmes, causée par un blocage des glandes de Meibomius (glandes situées dans les paupières inférieures et supérieures) entraînant une diminution de l’épaisseur de la couche lipidique, une augmentation de l’évaporation des larmes, une diminution de l’épaisseur de la couche aqueuse et donc le dessèchement de l’œil

Ce dysfonctionnement, rarement anatomique, peut être lié à certaines maladies ( rosacée), à la prise de médicaments ( antidépresseurs, antihistaminiques), à des dérèglements hormonaux (ménopause), au port prolongé de lentilles de contact, à la pollution, au travail sur écran ou à divers facteurs environnementaux (climat sec, air conditionné). Sa prévalence augmente considérablement avec l’âge.